Montagnes et rivières de Provence

Montagnes et rivières de Provence

Des Bouches-du-Rhône au Var

Imaginez un vaisseau de calcaire qui émerge de la terre. Indissociable de Paul Cézanne qui la représenta plus de 80 fois. Lieu sacré des aixois, elle est une des plus emblématiques montagnes de Provence. C’est la montagne Sainte-Victoire.
A quelques kilomètres, découvrons sa voisine varoise. Tout aussi célèbre, certains disent que sa forêt est mystique et sacrée. On peut y suivre le « Chemin des Roys », le bien nommé puisque de Saint-Louis à Louis XIV, tous les monarques (ainsi que les reines et les papes) ont suivi ce sentier pour se recueillir dans le sanctuaire de Marie-Madeleine. Vous l’avez reconnue ? C’est la montagne de la Sainte Baume (la grotte en provençal).

Un peu plus à l’ouest, on ne peut s’empêcher d’avoir une pensée pour Marcel Pagnol, « né sous le Garlaban couronné de chèvres », le gardien d’Aubagne. De belles randonnées vous attendent dans les légendaires collines de son enfance. Entre Tête Rouge et pic du Taoumé (667 m) dont les effluves de garrigue vous enivreront.
Continuons vers la Côte d’Azur avec ce massif qui doit son nom à une fée tout droit sortie de l’imagination de Frédéric Mistral : l’Estérel, voisin du massif des Maures dont la couleur rouge ocre tranche avec le bleu azur de la mer. Remontons maintenant vers le nord et survolons ce massif rocailleux. Véritable carte postale de la Provence avec ses champs d’oliviers, ses vignes et ses paysages dont Van Gogh tomba amoureux. Vous aurez reconnu les Alpilles et Saint-Rémy de Provence, sa capitale pittoresque et branchée toute l’année !

Profitez de la beauté de ces paysages en habitant à proximité. Retrouvez nos belles propriété à vendre ici

Les Alpilles vue sur Les Baux de Provence

En Vaucluse

Et pour finir, allons nous poser à 1912 m sur cette montagne chauve dont Pétrarque fût le 1er à tenter l’ascension. Ici le Mistral est roi : le Mont Ventoux le bien nommé ! Sacré mistral ! Il paraît qu’il peut rendre fou !
Son nom vient du latin magistralis ; le maître, et il est vrai que lorsqu’il fait son apparition, il règne sur nos journées, nos humeurs et nos nerfs !

Un proverbe provençal nous prévient : le mistral pour souffler, signe un bail de 3, 6 ou 9 jours d’affilée ! Si certains parviennent à l’ignorer, d’autres ne peuvent supporter ce vent qui décoiffe et qui peut débarquer en toute saison.

Des circonstances atténuantes en cas de Mistral !

Savez-vous qu’autrefois, lorsqu’un délit était commis un jour de Mistral, il arrivait que lors du procès, le juge en tienne compte. L’accusé pouvait alors bénéficier de circonstances atténuantes.

Et puis le Mistral est facétieux ! Il semblerait qu’il s’amuse à battre son propre record…

Son record de vitesse a été enregistré en 1967 sur le Mont-Ventoux : 320 km/heure ! Il est aussi un peu capricieux. En 2018, il ne s’est pas ou peu manifesté alors que l’année suivante, il a soufflé pendant 14 jours dans les Bouches du Rhône et le Vaucluse, le toit de la gare TGV d’Avignon s’en souvient encore !

Quand l’eau est reliée à la légende

Les rives de la Camargue sauvage auraient accueilli Marthe, Sara, Marie-Madeleine, les saintes parties de Palestine sur une barque de fortune sans voiles ni rames.

La rivière « star » en Provence, c’est bien sûr la Durance. Un dicton provençal disait qu’elle était l’un des trois fléaux de Provence, avec « le parlement et le mistral ». Elle est née dans les Hautes-Alpes, apparaît comme indomptable et rebelle. Insoumise jusqu’à ce que les hommes et leurs barrages l’empêchent de sortir de son lit.
Cette Durance plus placide s’unit au puissant Rhône du côté d’Avignon tandis que leurs eaux se mêlent pour faire le chemin ensemble jusqu’à la Méditerranée.

Allons retrouver maintenant les eaux douces et imperturbables des lacs de Sainte-Croix et de Saint-Cassien. Ou bien les magnifiques gorges turquoise du Verdon, élément central des légendes liées à la présence de trésors jamais découverts.
L’eau, c’est aussi la source, chère à Marcel Pagnol. Celle qu’il place au cœur de ses recherches, de ses romans. Au cœur du village, elle est l’élément qui déchaîne les tourments humains, l’eau vitale qui brouille et fâche, unit et réconcilie. Dans le bestiaire folklorique provençal, elle cache et abrite des monstres amphibiens terrassés par des saints à l’instar de Sainte-Marthe à Tarascon ou le Coulobre de Fontaine-de-Vaucluse vaincu par Saint-Véran.
A Draguignan c’est Saint-Hermentaire qui délivra la ville d’un dragon caché dans la Nartuby et amateur de pèlerins de passage. La cité varoise choisira ce symbole pour illustrer son blason.
Enfin, l’eau est sacrée et guérisseuse à Glanum. Cité romaine découverte à Saint-Rémy-de-Provence et qui vit pendant mille ans des pèlerins implorer le dieu Glan pour soulager leurs maux.
L’eau encore qui donne son nom à la capitale provençale : Aquae Sextiae plus connue sous le nom d’Aix-en-Provence et sa centaine de fontaines.

Article écrit par Delphine Rusquart 

Découvrez d’autres belles histoires sur la Provence dans le livre Guide secret de la Provence

Achetez son livre en cliquant ici

Laisser un commentaire

Fermer le menu
Fermer le panneau